La maison des vérités

Un Amiral se réveille dans une maison inconnue, entouré d’étrangers. Sa mémoire lui jouant un tour, il n’a aucune idée de l’endroit où il se trouve. Interrogeant ses compagnons d’infortune, tous différents les uns des autres et n’ayant en apparence aucun point commun, il tente de comprendre et, surtout, de s’échapper de ce lieu d’où il est tenu prisonnier.

De fil en aiguille, de confidences en révélations étonnantes, de morts soudaines en rédemptions inattendues, l’Amiral finira par nouer les ficelles de cet étrange casse-tête. Mais combien de vies seront sacrifiées avant qu’il soit trop tard ? Existe-t-il un tribunal plus haut que celui de notre propre conscience ?

 

La maison des vérité
Écrit par Guillaume Morrissette
Publié chez Guy Saint-Jean Éditeur
Pages: 337
Note: 4/5

 

Mon avis

 

Bon que dire de ce roman ? Une chose est certaine, c’est qu’il est complètement différent de ce que à quoi l’auteur m’avais habitué. Même s’il m’avait avertie lui-même lors de ma rencontre avec lui au SILQ 2018, je ne m’attendais tout de même pas à autant de différence de style. Pour ceux et celles qui ont lu les enquêtes de Jean-Sébastien Héroux, avec la maison des vérités, on est complètement ailleurs. Aucune enquête, pas de police rien, mais ça ne veut pas dire que le suspense et la quête de vérité n’est pas présents, bien au contraire. Par contre on retrouve la plume intelligente et incisive et tellement addictive de Guillaume Morrissette.

Un homme qu’on appellera l’amiral (vous verrez pourquoi en lisant le roman) se retrouve dans une maison bien étrange où il ne connaît personne et surtout, il n’a aucune idée de comment il a bien pu y atterrir. Les autres semblent se connaître déjà et semble tout compte fait à être bien dans cette maison. La seule ombre au tableau il n’y a ni porte ni fenêtre. L’amiral commence donc à paniquer quelque peu et veut à tout prix se sortir de là. Le seul moyen semble être une porte qui apparaît à seulement a des temps et des personnes précises.

C’est très difficile de parler de ce roman sans dévoiler aucun punch qui tuerait le plaisir de le lire. C’est assurément beaucoup plus psychologique que tout le reste de son œuvre, mais je vous le garantis, malgré le ton pas mal plus smooth, il est impossible de s’arrêter de lire. Chaque chapitre, chaque page apportent son lot de mystère et de questionnement. Les réponses à nos questions arrivent au compte-goutte et on a le temps de se faire 100 000 hypothèses. Pourquoi les gens apparaissent sporadiquement dans la maison ? Pourquoi aucun lien ne semble relier les différents personnages ? Pourquoi la porte de sortie, n’apparait que pour certain d’entre eux. Je vous le dis, même si vous essayez très fort, il est difficile de perce le mystère de ce roman. 

Par contre quand on parvient à le saisir, c’est d’une évidence déconcertante. On flirte avec la conscience humaine, sa beauté et ses revers. Un roman qu’il faut lire ! L’auteur m’a aussi lancé comme défi de le reconnaître parmi les 15 personnages qui peuplent ce récit. Ai-je réussi, pour être honnête, je n’en suis pas totalement certaine, mais j’ai quelques doutes ! 

À mettre sur votre liste de lecture ! 

 

 

 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

avril 17, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply