Chroniques Littéraires, Dystopie, Jeune adulte

The book of Ivy


Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

Depuis le temps que j’entends parler de ce roman, il traîne dans ma PAL depuis l’automne dernier et là je m’en veux de l’avoir laissé si longtemps dans ma bibliothèque. Une dystopie? Oui. Du déjà vu? Un peu, mais ce roman renferme aussi un thriller psychologique et une histoire d’amour impossible, avouez qu’on aime ça hein???
Il y a un petit je ne sais quoi avec ce roman, j’ai de la difficulté à mettre le doigt dessus. Peut-être est-ce le côté thriller qui ma plu, le fait que l’on veux toujours poursuivre notre lecture ou bien est-ce l’histoire qui se développe entre Bishop et Ivy, je ne sais pas, mais le mix de tout ça en à fait de se roman, un livre difficile à poser.
Même si le concept de la dystopie n’a pas été réinventé avec The book of Ivy, l’auteur y a apporté une touche personnelle et différente en y intégrant la portion thriller. Ce qui m’a d’autant fait aimer ce bouquin. J’ai bien aimé que l’on ne se prenne pas les pieds dans les fleurs du tapis. L’auteur va droit au but, mais rien n’y est laissé pour compte.
The book of Ivy est une duologie, ce que j’aime particulièrement, parce que je dois avouer que les séries trop longues souvent je perds l’intérêt au bout de deux ou trois tomes. J’ai bien hâte de lire le second tome. J’avoue que le suspense laissé par l’auteur à la toute fin m’a laissée sur ma faim..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *