Représailles

Calle Collin, journaliste freelance, rédige pour un hebdomadaire le portrait de Kent, un adolescent mort des années plus tôt dans un tragique accident. Il rencontre son frère, Mattias, homme de main et amant de Sara, redoutable femme d’affaires mafieuse. Après avoir lu l’article, Anders Malmberg, célèbre chroniqueur, qui était en classe avec Kent, est choqué. Il décide de rétablir la vérité sur la personnalité de Kent, son harceleur, son pire cauchemar… au risque de provoquer Mattias, et surtout Sara, qui aurait préféré que certains secrets restent enfouis. Les représailles de la jeune femme seront d’une cruauté proche de la folie, ne font que commencer. Personne ne sera à l’abri.

 

Représailles
Écrit par Hans Koppel
Publié chez Presses de la cité
Pages: 282
Note: 3/5

 

Mon avis

 

Pourquoi avoir dit que c’était un thriller…. Un bon bouquin ? Oui ! Un thriller haletant comme supposé ? Non ! C’était un roman plein de promesses qui n’ont pas été remplies malheureusement. Oui, la plume de l’auteur est intéressante, mais elle manque de punch et le suspense n’est nulle part. Dès les premières pages, on sait déjà qui sera le coupable.

Un journaliste spécialisé dans les papiers sur les morts précipitées, raconte l’histoire de Kent Svennson décédé à un jeune âge d’un accident de la route. Il rencontre sa mère et son petit frère, devenu grand pour avoir des bribes de son histoire. Jusque-là, tout va bien, mais Kent n’est pas le gentil garçon que les deux ont décrit. Il s’avère est une intimidateur chevronné et une graine de voyou. Quand Anders Malmberg lit cette histoire, il n’en revient pas. Ce kent, celui qui lui a fait vivre l’enfer décrit comme un saint. Il n’en faut pas moins pour qu’il rétablisse la vérité sans nommer de nom…. C’est ainsi que tout bascule et que la vengeance sonne.

Bien que l’histoire principale soit intéressante, une histoire d’intimidation qui refait surface, les intrigues secondaires ne sont pas assez travaillées et se relient mal à la principale. J’ai eu de la difficulté à faire tous les liens tellement c’était tiré par les cheveux quelques fois. Mais comme je l’ai dit au départ, outre ce petit bémol, c’est un bon bouquin. On aborde les thèmes de l’intimidation (de toutes ses formes) de l’homosexualité refoulée et assumée et d’une certaine quête identitaire. Mais malheureusement, on est très loin d’un thriller, malgré l’enquête policière, pas assez présente à mon goût.

Il aurait été avantageux d’ajouter quelques pages et approfondir le tout un peu. Ce n’aurait peut-être pas été un thriller encore, mais la viande autour de l’os aurait été plus substantielle ! Là, ça va trop vite et se règle aussi beaucoup trop vite pour le genre d’histoire. Mais, ça reste une bonne lecture, quand on s’attend pas à un thriller !!!!

 

Je remercie Interforum Éditis Canada pour l’envoi

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

juillet 6, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply