La princesse de papier

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde… Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Fini la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum. Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.

Et s’il avait raison ?

 

 

La princesse de papier
Écrit par Erin Watt
Publié chez Hugo Roman
Pages: 471
Note: 6/5 

 

L’avis de Cat

 

Avez-vous déjà lu un roman,  sans vous attendre à rien? Et que finalement, vous êtes tombé sur  “LA”  romance qui fait en sorte que vos opinions envers ce genre littéraire se bousculent ? Hier après avoir travaillé fort pour remettre le blogue en ligne (il a bien failli disparaître pour toujours), j’avais le goût d’une lecture sans casse-tête. J’ai opté pour La princesse de papier. J’étais tellement pas certaine d’aimer, que je n’ai même pas pris de photo de ma lecture en cours, je me suis dit, si jamais j’abandonne, personne ne le saura! . MEA CULPA!!!!!! J’ai lu très tard, très très tard, une chance, je suis en congé ce matin. Mais malgré la fatigue, je me suis levée super tôt (6am) pour pouvoir me replonger dans l’univers d’Erin Watt. Finalement, j’aurai lu, 471 pages en moins de 15hrs. 

Y’a rien de réinventer, c’est le schème habituel du new adult, mais l’auteure (lire les auteures) l’abordé d’une différente façon et il faut croire que c’est une façon qui me plaît vraiment. Ella, une jeune fille qui tente bien que mal de s’en sortir après la mort de sa mère (elle danse nu pour se payer le nécessaire) se voit un matin affublé d’un tuteur et pas n’importe quel tuteur, Callum Royal, un millionnaire bien en vue. Bien malgré elle, Callum l’a ramené chez lui, un manoir luxueux à plusieurs kilomètres de sa résidence actuelle. Très vite, elle fait connaissance des frères Royal. Je peux vous dire la rencontre n’a rien d’amical, ni d’un bord, ni de l’autre. Étant le meilleur ami de son père qu’elle n’a jamais connu, Callum Royal se promet de s’occuper d’elle, comme l’aurait fait le père d’Ella. 

Les fils Royal sont une fratrie tissée très serrée. Rien ne les perturbe. Ils voient d’un mauvais œil l’arrivée de cette croqueuse de diamants (c’est ce qu’ils pensent). Mais Ella, est tout sauf ça. Une nouvelle maison, une nouvelle école, un nouveau code de vie, Ella devra faire ses preuves. Mais faire sa place dans cette famille sera sa plus grosse épreuve. 

Je ne vous dirai rien de plus pour le résumé, trop en dévoilé tuerais le plaisir de lire ce roman. Je peux vous dire par contre que si comme moi vous être une fan d’antiromance, c’est-à-dire de romances interdites, de fin pas joyeuse, garrochez-vous sur ce roman-ci. Je vous le dis, j’ai eu une boule dans l’estomac tout le long de ma lecture. J’ai hais, j’ai espéré, y’a pas rien que je n’ai pas fait!!!!! Oui, oui, c’est bien Cat qui vous parle là. Fallait bien qu’une romance me fasse chavirer un jour et c’est celle-ci !

Addictif, séduisant avec une petite touche de noirceur, Erin Watt (un duo d’auteure bien connue) a su se démarquer. Une histoire particulière, une héroïne forte qui ne s’en laisse pas imposer et une famille bien spéciale. Bien que ça reste du new adult, tout est bien dosé. Que ça ne finisse pas dans les roses, je dois avouer que ça aussi ça m’a bien plus. Gros bémol, j’aurais vraiment bien avoir le tome 2 entre les mains. 

Au risque de me répéter, on est à la relâche, certaines sont en congé, c’est le temps de prendre une journée et de lire ce roman!

Merci à 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

mars 5, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply