Portefeuilles en série

Montréal 1984.
Perdre son portefeuille, le retrouver, puis mourir, tel semblait être le destin de plusieurs personnes…
Cette situation particulièrement étrange donna naissance à une enquête majeure du service de police de la ville de Montréal.
Henri Patenaude, lieutenant-détective et policier depuis plus de trente ans, se vit confier le mandat de vérifier si tout cela n’était qu’une simple coïncidence.
Les événements se succédèrent rapidement, rendant l’enquête de Patenaude beaucoup plus complexe que prévue

 

Portefeuilles en série
Écrit par Maurice Jean
Publié chez Les Éditions Hemgi
Pages: 314
Note: 2/5

 

L’avis de Cat

 

Je tiens en début de billet à remercier l’auteur pour l’envoi de son roman. Malheureusement, je dois avouer que je n’ai pas eu le plaisir attendu en lisant ce roman policier. Le personnage principal, Henry Pattenaude, est stéréotypé au maximum. Le récit est fluide, mais l’intrigue peu addictive a fait que j’ai lu ce roman sans attentes face au dénouement. Quand je lis, je lis avec mes yeux, donc tout ce qui entoure le récit doit aussi me plaire. La page couverture est venue jeter un froid dès le départ. La police et la couleur des caractères aussi. Bon, vous me direz, Cat ne n’est que du superflu. Peut-être, mais ces aspects sont pour moi très importants quand il vient temps de lire un roman.

Côté intrigue, plusieurs portefeuilles sont volés, puis retrouvés. Leurs détenteurs ont tous trouvé la mort quelques jours plus tard. C’est donc l’enquêteur chevronné Henry Pattenaude qui sera chargé de mettre la main au collet du meurtrier. Cet enquêteur, bien que je l’aie trouvé efficace, était bien trop stéréotypé à mon goût. Je ne me suis pas attachée à lui du tout. Les personnages sont très peu développés et psychologiquement tous au même niveau. Aucun challenge. Le récit est accrocheur à un certain niveau. On ne connait pas la chute avant presque la fin du roman, mais reste que l’intrigue n’a pas été assez approfondie. On reste en surface. C’est le genre d’histoire qui, mieux travaillée et plus psychologiquement développée, aurait été pour moi un coup de cœur. Parce qu’il y a un bon fond, un très bon fond!

Bien que je n’ai rien à dire au niveau de la plume de l’auteur qui, pour un premier roman, policier de surcroît, reste efficace, il me manquait toujours un petit quelque chose qui aurait fait que ce roman soit un bon moment de lecture. Est-ce que c’est parce que je lis beaucoup de ce genre-là et que je deviens plus critique? Peut-être. Est-ce un bon roman pour les néophytes? Assurément! Est-ce que je lirai la suite? Je ne pense pas malheureusement.

Merci à

Maurice Jean pour l’envoi de ce roman

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

février 25, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply