La porte des ténèbres tome 1

novembre 5, 2017

2015. John Camp, ancien militaire, est responsable de la sécurité de l’accélérateur de particules anglo-américain situé sous l’autoroute M25 de Londres. Il vient d’entamer une liaison avec Emily Loughty, la brillante scientifique écossaise qui dirige les recherches. Mais, lors d’un essai dans le laboratoire, les choses tournent mal et Emily disparaît, laissant sa place à un homme mystérieux. Bien vite identifié, il se révèle être un tueur en série anglais condamné et exécuté… en 1949.
Pour savoir ce qui est arrivé à Emily, John décide de renouveler l’expérience en s’offrant lui-même comme cobaye. Mauvaise surprise ! Le voici tombé dans un monde jumeau du nôtre mais… uniquement peuplé de criminels, de tous les morts ayant commis les pires atrocités au cours de leur vie sur Terre ! Dès lors, ce qu’il va découvrir dépasse tout ce qu’on peut imaginer.

 

L’avis de Cat

Que je n’aime pas faire ça… Dire que je n’ai pas aimé un roman. Je sais tous les goûts sont dans la nature, mais j’ai comme l’impression de rejeter un ami. Mais ce roman n’était juste pas pour moi. J’avais trop d’attentes, j’en attendais trop.

Comme il serait facile de spoiler le récit, je vous dirais que l’essentiel, c’est de comprendre que l’on se retrouve devant une machine qui est beaucoup trop puissante pour les gens qui la manipule. Que celle qui est derrière la manipulation Emily Loughty est portée disparue suite au démarrage du collisionneur de particule. Son petit ami, John Camp à tout vu, il a surtout vu un homme, qui n’est, as supposé être sur place, un mis à mort, un prisonnier qui a vécu en 1949 venir d’où Emily est disparue. C’est le branle-bas de combat et John décide malgré les ordres de réactiver le collisionneur et comprendre où est Emily. Il se retrouvera transporté dans un monde parallèle au nôtre, un monde qui est peuplé des pires sérial killer et pire pervers que la terre n’est pas portée.

Jusque-là, le tout me semblait vraiment génial, en fait les 150 premières pages ont passée à la vitesse de l’éclair. Entraînant, le rythme de l’auteur prenait son ascension. Malheureusement pour moi ça s’est arrêté là. Trop de mélange de genre littéraire, une histoire trop facile et beaucoup trop prévisible. Des personnages qui sonne faux, bref rien pour me garder fidèle à son histoire. Pourtant, quelques éléments ont su garder le peu d’attention qui me restait pour me mener jusqu’à la fin. On rencontre des personnages qui ont vraiment existés, ce qui ajoute un peu de réalisme au récit. Mais rien d’autre n’a pu me rallier à cette histoire. Trop de violence, trop de personnages qui ne servent même pas à l’intrigue principale. Bref, une longue descente aux enfers, pour ne pas faire un clin d’œil au récit.

Bon vous aurez compris que je n’ai pas dit que c’était mal écrit, parce que tout de suite dès le début on sent que Glenn Cooper n’en est pas à ses premiers balbutiements, mais on dirait qu’il a trop voulu en faire cette fois-ci. Comme c’est une trilogie et que je suis quand même restée avec des questions sans réponses, je vais me replonger dans son univers, voir si ce n’est que ce tome qui n’était pas pour moi.

Je le dis et je vous le redis, c’est mon avis à moi. J’ai entendu de très bons commentaires pour ce roman. Il n’a juste pas fonctionné pour moi !!!!

 

La porte des ténèbres tome 1 La terre des damnés écrit par Glenn Cooper
Publié aux Éditions le Cherche midi en mai 2016
Genre: Polar, thriller
Pages: 562
La note CatCritick 2/5 Je suis pas certaine ….

 

Merci à

More about CatCritick

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *