Le masque de ta mère

“Si l’espoir de la guérison de l’autisme est un second souffle, lorsque ce dernier n’est qu’un mirage, il se transforme en gouffre”. Mariane est une blogueuse à succès. Elle écrit dans l’ombre, son lectorat ignore son nom. Chacun de ses textes, des lettres qu’elle écrit à sa fille autiste, deviennent viraux sur les réseaux sociaux. Plus elle devient populaire, plus elle s’enfonce dans la dépression, culpabilisant de ne pas avoir réussi à rendre l’autisme de sa fille invisible. Écrire, c’est ce qui la tient en vie. Ça et ses échanges avec Isabelle, une lectrice de son blogue. Elles se supportent mutuellement. Jusqu’à ce qu’Isabelle s’enlève la vie en laissant une note dans laquelle elle cite parmi ses dernières volontés, un texte hommage de sa blogueuse préférée. Est-ce que Mariane ira jusqu’à laisser tomber son masque, pour rendre hommage à Isabelle, alors qu’elle lutte elle-même pour ne pas sombrer ?

 

Le masque de ta mère 
Écrit par Nadia Lévesque
Auto-édité
Pages: 174
Note: 5/5 Un coup de cœur
Voir le système de notation cliquez ici

 

L’avis de Cat

 

Faire le deuil d’un enfant « normal », ce n’est pas quelque chose de facile à faire. Vivre ses difficultés en même que lui, souvent isolé(e) parce que personne ne comprend notre situation. Je parle par expérience, mais jamais comme celle de Nadia Lévesque. Mon fils de bientôt 10 ans est TDAH sévère avec plusieurs troubles associés. La vie n’est pas toujours facile à ses côtés (je l’aime à l’infini, là), mais les crises, l’énergie débordante, l’impulsivité, les difficultés de sommeil font de notre vie un beau défi.

Nadia, elle, vit avec l’autisme de sa grande. Elle est blogueuse sur différentes plateformes et réussit par sa plume à aider beaucoup de parents. Mais elle est aussi auteure. C’est avec une gentillesse extrême qu’elle m’a proposé la lecture de celui-ci. Je l’ai dit souvent, dans ma vie de lectrice, aucun roman n’est venu me tirer une larme. JAMAIS, avant de lire Le masque de ta mère. Peut-être que malgré les deux situations bien différentes, je me suis vue dans les deux femmes (Marianne et Isabelle), que ma situation et parfois mon isolement face à la condition de mon fils me sont revenus comme une tonne de briques derrière la tête… Bref, j’ai plus qu’eu le motton !

Ce roman, c’est l’histoire d’une blogueuse, Mariane. Elle écrit sur sa situation avec sa fille autiste. Sa famille, sa vie professionnelle, son couple, tout y passe. Mais c’est surtout de sa petite dont elle nous parle. De ses nombreux défis, de la difficulté qu’elle a eu à accepter la « maladie » de sa fille. Bien sûr, des parents communiquent avec elle par l’entremise de son blogue. Dont Isabelle, une femme qui vit la même situation qu’elle. Isabelle souffre, autant que Mariane, mais différemment, et en viens à commettre un geste irréparable. Mariane qui a toujours blogué dans l’anonymat est confrontée au choix de rester dans l’ombre ou bien aller honorer la mémoire d’Isabelle.

Écrit sous forme de lettres (Mariane écrit à sa fille), on revient aussi à la forme d’un roman traditionnel quelques fois afin de bien comprendre les états d’âme de Mariane. C’est avec toute la sensibilité d’une mère, et surtout avec son expérience, que Nadia Lévesque livre la vie pas du tout évidente d’une famille vivant avec l’autisme. Mais elle livre surtout le combat de deux femmes face à la dépression, à l’isolement, à la culpabilité de vouloir autre chose pour soi, de se trouver pas une si bonne mère que ça et comment essayer par tous les moyens de s’en sortir. Elle le sait déjà, son roman m’a bouleversée. J’ai trouvé en Nadia beaucoup plus qu’une auteure ; écrire et parler de ce genre de situations, ce n’est pas facile. Avoir des gens qui te tapent dans le dos et qui te disent, je comprends ne t’en fait pas, ça n’arrive pas si souvent je vous le jure! Même si vous ne vivez pas avec ce genre de situations au quotidien, il reste que c’est une belle histoire de résilience et d’espoir, malgré tout! Je vous le recommande fortement! La force réside dans la pertinence de ses textes et l’expérience de l’auteure, qu’on ressent à travers les mots de Mariane. 

Merci, Nadia, d’avoir écrit ce roman… J’attends la suite avec impatience!

 

Merci à l’auteure pour l’envoi de ce roman!

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

janvier 1, 2018
Previous Post Next Post

1 Comment

  • Reply Nadia Lévesque

    WOW ! Je commence mon année 2018 avec une critique de mon roman sur le blogue CatCritick ❤❤❤🌟🌟🌟
    Mes écrits sortent rarement du milieu de l’autisme. Très heureuse de voir que je suis maintenant capable d’écrire, non seulement pour les gens qui vivent cette réalité, mais également pour ceux qui ne s’y connaissent pas systématiquement en autisme mais qui comprennent à travers mes mots ❤🌟
    #merci #reconnaissance #bonheur #roman #autisme

    janvier 1, 2018 at 11:28
  • Leave a Reply