Les Torrents

octobre 19, 2016


L’amour sans foi ni loi.
Automne 1940. Côte-de-Beaupré. Personne ne s’y attendait. Ni les jeunes draveurs-bûcherons au camp, ni les demoiselles au village, ni les membres du clergé. Après tout, ce qui ébranle ou ce qui suscite la peur ne fait jamais l’objet d’un faire-part. Comment réagir lorsque cette menace est séduisante? D’un côté, il y a le ténébreux Beau James, draveur ontarien à l’im­posante stature et… protestant. De l’autre, il y a la Métisse, cette femme de joie envoûtante, sortie d’on ne sait où. À Saint-Ferréol, tout est bousculé par l’arrivée de ces deux incarnations de la passion et de la liberté. Romain, Angéline, Adrien et Émile, jeunes adultes du clan Renaud, en ressentiront profondément le ressac…
Je m’identifie
souvent moins aux romans d’époque, de un parce que je suis loin de leur réalité,
de deux parce souvent j’aime moins le côté historique que les auteurs y
apportent. Mais j’ai été agréablement surprise du roman de Julie Rivard. Malgré
l’époque ou se joue l’intrigue , les années 40, jamais ont se sent éloigné ou
bien pas à notre place. L’avant garde des personnages principaux et le rythme du
récit en fait un roman qui aurait bien pu se passer en l’an 2000.
À Saint-Ferréol,
Adrien , Angéline, Émile et Romain seront au cœur du remous qu’apporte avec eux
Beau James un draveur Ontarien et protestant qui bouscule leurs valeurs et la
métisse, une fille qui aime les hommes autant que ceux-ci l’aime. L’année que
vivront les 4 enfants de la famille Renaud changera le cours de leur vie à
jamais.
Bien que je l’ai
su avant de lire ce roman, Julie Rivard a écrit plusieurs polars avant de
publier celui-ci et ça transparaît dans ce récit. La plume soutenue, mais
toujours fluide avec un fond d’intrigue amoureuse en fond un véritable page
turner. j’ai adoré l’histoire en générale, on s’attache aux personnages comme
s’il était de notre famille et je me suis surprise à espérer pour eux. L’époque
est super bien décrite et même si on oscille entre les personnages, on ne s’y
perd jamais. Petit bémol j’en aurais pris plus! 🙂 

Pour voir mon entrevue avec l’auteur suffit de cliquer sur la photo.

More about CatCritick

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *