Le mer infinie

juin 5, 2016

Pour voir la chronique du premier tome de la série, cliquez ici : 

Comment débarrasser la Terre de ses sept milliards d’habitants ? Retirez aux hommes leur humanité…
Sortir vivant des quatre premières vagues relevait déjà du miracle. Cassie Sullivan se retrouve maintenant dans un nouveau monde, un monde dans lequel la confiance fondamentale qui reliait les hommes a totalement disparu. Tandis que la 5e Vague engloutit progressivement le paysage, Cassie, Ben et Ringer doivent faire face à la visée ultime des Autres : l’extermination pure et simple de l’espèce humaine.
Cassie et ses amis ne savent pas encore jusqu’où les Autres sont prêts à s’abaisser. Les Autres, eux, ne savent pas non plus jusqu’à quelle hauteur l’humanité peut se hisser à l’aube de la bataille finale entre vie et mort, espoir et désespoir, amour et haine.

Dès
que j’ai posé les yeux sur le dernier mot du tome 1, je voulais commencer le
deuxième tome. Mais comme dans toute trilogie celle-ci n’y fait pas exception,
le deuxième tome est souvent le moins bon. Celui où on s’y perd un peu. Pas que
j’ai détesté, j’ai quand mis la note de 4/5. C’est seulement que j’ai trouvé
certains passages très longs. 
Le
premier tome fini en véritable cliffhagner, c’est à dire une fin ouverte. Le
deuxième commence quand les protagonistes principaux cherchent un moyen de
rester en vie malgré la menace des Autres qui pèse sur eux. Cassie espère
toujours revoir Evan. Mais malheureusement, tout ne se passe pas comme ils
l’auraient voulu, les Autres avaient d’autres cartes dans leurs manches et
prendront dans leurs filets des membres de l’équipe. 

Comme je
l’ai  dit plus haut j’ai moins apprécié ce tome par rapport au premier, mais
ceci dit ça reste un roman qui vaut la peine qu’on pose nos yeux dessus! Malgré
certains passages qui auraient pu être coupés, le rythme de l’histoire ne vous
lâche pas. Rick Yancey à le don d’écrire d’une manière qui fait qu’on veut
tourner les pages aussi vite que l’ont pour voir ce qui viendra après.
L’angoisse, la peur et l’espoir sont encore les thèmes abordés dans ce tome.
Bien sûr dès qu’on le termine, il faut avoir en sa possession le troisième et
dernier tome parce qu’encore une fois l’auteur nous laisse sur notre faim.

More about CatCritick

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *