C’est une maison sur une île déserte où des jeunes attendent de savoir s’ils vont mourir. Arrachés à leur famille à la suite d’un diagnostic, ils vivent dans la crainte du moindre symptôme, car alors on les emmènera en pleine nuit au sanatorium d’où personne ne revient.
Au dortoir 4, Toby et ses copains trompent l’angoisse comme ils peuvent, repliés sur leurs souvenirs d’avant la condamnation à mort. Jusqu’au jour où l’arrivée d’une nouvelle patiente va tout changer et redonner brusquement à Toby une raison de profiter de chaque jour et même d’espérer.
Car l’on va tous mourir un jour ; ce qui compte, c’est comment on choisit de vivre.

 

La maison des morts
Écrit par Sarah Piborough
Publié chez Milady
Pages: 375
La note CatCritick: 2/5
Pour voir le système de notation, cliquez ici

 

L’avis de Cat

 

Croyant me retrouver devant un roman horreur/paranormal, est-ce que je peux vous dire que j’ai déchanté quand j’ai découvert que c’était une romance….  Euhhh était-ce pour faire vendre plus que d’éditeur a voulu mettre une telle couverture, qui annonce vraiment autre chose qu’une romance? Parce que je n’ai pas trouvé le lien avec le texte. Du tout. À la limite, la quatrième de couverture n’est pas trop fidèle, puisqu’on ne retrouve peu (ou pas) d’explication au mystère de la maison des morts, chose que j’aurais aimée, disons! Nous mettre un tel contexte et nous laisser sur notre faim, c’est pas génial. Le décor et tout le reste ne servent qu’à élaborer la romance, rien d’autre ! À quoi bon nous parler de tout ça sans rien expliquer? J’aurais aimé comprendre d’où vient cette maladie, pourquoi les jeunes sont enlevés à leur famille, pourquoi, ils doivent mourir isolés des autres. 

Le début était prometteur, mais le mystère ne plane pas longtemps. Une histoire qui aurait pu être oppressante, mystérieuse se transforme en romance… Une romance, grrrrrr! Et puis, pas une romance enlevante là! On la voit venir comme un éléphant dans un jeu de quilles!

Toby est un peu le chef de son dortoir, dans la maison des morts (ou des futurs morts). Les jeunes mènent une vie un tant soit peu normale : ils vont à l’école, s’acquittent de tâches ménagères, s’amusent. Mais la monotonie s’installe rapidement, et pas juste dans le récit! Un jour, une nouvelle fille arrive. Sur ses gardes, Toby la voit d’un mauvais œil. Mais peu à peu, ils tomberont amoureux. Point barre lol. On sait depuis le début que la fin sera tragique. Donc aucune surprise!

J’ai lu la trilogie  Beauté, charme et poison de la même auteure, et j’ai adoré. Je me serais attendue à la même qualité d’écriture. Mais j’ai été très déçue. La monotonie, comme je vous le disais, ne se retrouve pas juste dans l’histoire, mais aussi dans la plume de l’auteure. Le récit est toujours sur le même ton.

Ceux et celle qui aiment les romances du genre aimeront, mais pour ceux et celle qui attendent un petit quelque chose de plus, passez votre chemin…

Je vous le dis, j’ai rarement été déçue d’un roman comme celui-là…

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick