La femme à la fenêtre

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?
Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

 

La femme à la fenêtre
Écrit par A. J. Finn
Publié chez Presses de la Cité
Pages: 520
Note: 3/5

 

L’avis de Cat

 

Si l’intrigue principale n’avait pas été aussi prévisible, la femme à la fenêtre aurait pu être un coup de cœur. Parce que même si le récit ressemble drôlement à plusieurs romans que j’ai lus par le passé, j’ai adoré la plume d’A. J. Finn. Le genre de roman qu’il est impossible de refermer sans l’avoir terminé. L’adage, encore un dernier chapitre, s’est fait allé pas mal avec ce roman-là !!!

Anna, ancienne pédopsychiatre, se retrouve cloisonnée dans sa maison. Les médocs, le vin et sa caméra sont ses seules bouées. Elle joue à espionner ses voisins. Agoraphobe suite à un certain événement, elle ne peut plus sortir de chez elle sans être prise de panique. Elle suit donc la vie des autres avec intérêts. Puis un soir elle “croit” voir un crime. Mais qui va bien croire une femme à moitié folle. Même moi qui lisais le roman, je n’étais pas trop certaine hihihi ! Elle devra démystifier elle-même ce qu’elle a cru voir était  soit le fruit de son imagination ou bien la triste vérité.

Comme je l’ai dit d’entrée de jeu, l’intrigue principale est malheureusement trop facile à comprendre. Mais, c’est tout de même assez bien ficelé. Le suspense est constant et bien mené. J’ai aimé la plume rythmée de l’auteur. Chaque page, chaque ligne sont importantes au récit. La construction du roman reste assez classique, mais l’auteur tire bien son épingle du jeu tout de même en lui apportant sa touche personnelle. L’intrigue secondaire si on peut l’appeler ainsi, elle, est un peu plus difficile à cerner. Le genre qu’on a plusieurs suspects et qu’au fil des pages, on les élimine les uns après les autres jusqu’au point culminant. j’ai refermé ce roman en me disant que j’avais passé un excellent moment lecture! 

Bref, si vous avez aimé La fille du train, que les thrillers psychologiques de ce genre vous parlent, La femme à la fenêtre est tout indiquer pour vous!!!

 

Merci à

 

 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

mars 17, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply