La descente

juillet 31, 2017

Elle s’appelait Caitlin. Elle avait dix-huit ans quand elle a disparu. Le ciel est d’un bleu pâle, quelques nuages blancs glissent sur les sommets. Une beauté à couper le souffle. Une véritable carte postale. Les Rocheuses ont envoûté les Courtland, qui y passent leurs vacances d’été tant attendues. Un matin, Caitlin et son jeune frère, Sean, partent pour un jogging sur les petites routes bordées de sapins. Sean sera le seul à en revenir.La famille bascule dans le cauchemar. Entraîné dans un tourbillon d’effroi et de culpabilité, le père de Caitlin s’installe dans la région pour aider les enquêteurs. Mais les semaines deviennent des mois et Caitlin reste introuvable. À quel moment décide-t-on d’interrompre les recherches pour un proche ? À quel moment une fille cesse-t-elle de se battre pour rester en vie ?

 

L’avis de Cat

Bon, là, je dois vous l’avouer, j’ai été très troublée par cette histoire. Troublée dans le bon sens, mais aussi dans le moins bon sens, je vous explique.

L’histoire de fond, une famille typique américaine en vacances dans les rocheuses, la grande Caitlin sort un matin jogger avec son frère qui lui se paie une randonnée de VTT. Les parents profitent eux de l’absence des enfants pour ce faire des câlins !!! Mais le téléphone sonne : Sean le frère est à l’hôpital un peu abasourdi, mais Caitlin est introuvable, plus aucune trace d’elle. S’en suit alors “La descente” de la famille. Comment survit-on à la disparition de son enfant, de sa sœur ? Le père Grant restera dans les rocheuse pour aider à l’enquête et être là au cas où. La mère, elle sombra dans une dépression profonde et dans un état psychologique instable. Sean le frère, erre, il vit sa vie sans vraiment être “là”.

L’auteur a mis le paquet sur le côté psychologique de son roman, c’est hyper bien développé, les personnages sont complets, semblent réels, on s’attache à ceux qui ont vécu l’horreur. Mais Tim Johnston a laissé tomber un peu à mon humble avis, le côté thriller de son roman. Bien qu’une enquête fasse partie intégrale de l’histoire, on ne la perçoit pas du tout. Elle est relayée au second rang après la descente aux enfers de la famille Courtland ! Un bien, je ne sais pas ! Un mal ? Je ne sais pas non plus. J’aurais juste aimé que les deux côtés soient équilibrés. Le fait que le psychologique de l’histoire prenne le dessus apporte certaines longueurs qui ont ralenti le rythme de l’intrigue et tué le suspense qui planait au départ. Un méga plut, les phases du deuil, sans être nommées, elles sont facilement repérables et faites de différentes façons pour chacun des personnages. Mon côté maman a été frappé de plein fouet avec ce roman. Je me suis souvent transposée dans la peau des parents. Comment réagir à l’impensable ?

La plume de Tim Jonhston n’est pas “traditionnelle” pour ce genre de roman. Il est plutôt poétique et descriptif (un plus pour ce roman, les décors décrit son magnifique, en tous les cas dans ma tête, ils l’étaient) plutôt qu’être pragmatique et très terre-à-terre, comme l’exige une enquête policière habituellement. Le décor, l’atmosphère et tous son univers son décrit d’une façon incroyable. Je vais être franche, c’est ce point en particulier qui m’a fait tenir jusqu’à la fin. Le côté trop psychologique m’ont fait décrochée plus d’une fois. Personnellement, j’aurais aimé voir les personnages se reprendre en main, évolué quoi ! L’intrigue quoique bien ficelée, ne cache rien du tout, j’avais deviné la fin bien avant la chute de l’intrigue, sur ce point l’auteur m’a déçu, surtout qu’en bannière elle fessait mention de la nouvelle voix du thriller américain… Hummm disons que je suis plus ou moins d’accord !!!!

En conclusion, n’en reste pas moins que c’est un excellent roman psychologique, j’en lèverais le mot thriller, en fait si on me l’avait présenté ainsi, il aurait probablement obtenu une note pas mal plus haute! J’aurais eu moins d’attente au niveau enquête et thriller du roman.

 

La descente de Tim Jonhston
Publié au Éditions du Masque et distribué par Hachette Canada en mai 2017
Genre: thriller psychologique, adulte, enlèvement, deuil
Pages: 410
La note CatCritick 3/5 Un bon moment lecture

 

Merci à

More about CatCritick

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *