La 5ième vague

mai 31, 2016

1re VAGUE : EXTINCTION DES FEUX
2e VAGUE : DÉFERLANTE
3e VAGUE : PANDÉMIE
4e VAGUE : SILENCE
À l’aube de la 5e vague, sur une autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper… Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés.
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu’il prétend…

Mea culpa, je n’ai pas lu ce livre à sa sortie, encore mea culpa j’ai tardé, 3 ans en fait avant de le lire! Mais que je suis contente d’avoir attendu, je vais pouvoir lire les trois tomes d’une traite. Parce que je pense que j’aurais fait une dépression livresque si j’avais dû attendre tous les tomes!C’est rare très rare que j’apprécie les dystopies, ou les romans dits de science-fiction, et surtout les livres qui ont un engouement comme celui de la 5 ième vague souvent j’ai tellement d’attentes que je suis déçue. Et bien il y a toujours une exception à la règle n’est-ce pas? Pour moi ça aura été la 5ième vague. J’ai littéralement avalé ce roman, 592 pages en moins de trois jours!
Bon récapitulons, la terre comme ont la connait, puis viennent les vagues, la première, l’extinction des feux plus d’électricité et faite plus rien de fonctionne. La deuxième la déferlante, une vague envahit les côtes. La troisième. La pandémie, un virus est rependu dans le monde entier, des milliards de personnes en meurt. La quatrième, le silence, une poignée de survivant… Cassie essais tant bien que mal de survivre dans ce monde post apocalyptique, mais elle fera des rencontres qui changeront le cours de l’histoire.
Ce roman est une dose pure d’adrénaline, même si certains passages sont plus mollo, on y ressens une tension incroyable, une rage de vivre ou devrais-je dire de survivre. Pas de temps mort un feu roulant d’action et de rebondissements, oh oui ça il y en a, garder un lecteur accroché a un roman qui fait plus de 500 pages sans jamais avoir le gout de le lâcher, c’est une tâche colossale de Rick Yancey a réussi haut la main. J’ai bien aimé le style d’écriture de l’auteur, pas de flafla, pas trop de romantisme, juste assez, et une horreur, sans nom . Tout au long de ma lecture, je me suis demandé comme moi je réagirais. Aurais-je le même instinct de survie que Cassie?
Par chance, le tome 2 trônait déjà dans ma bibliothèque vous vous en doutez bien je le commence dès que possible! 

More about CatCritick

2 Comments

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *