Le jour où les lions mangeront de la salade verte

Romane offre des ateliers de groupe pour traiter la burnerie, un trouble comportemental qui se caractérise par un ego démesuré, de la mauvaise foi, un sentiment de domination plus ou moins exacerbé et une promptitude à juger. Maximilien est le client idéal, mais représente le plus grand défi de sa carrière… 

 

L’avis de Cat

 

Cette fois-ci, j’étais bien préparée, je savais à quoi m’attendre et je n’allais pas déchanter quand j’allais découvrir que sous ses airs de roman, se cache un livre de développement personnel ! En plus, je suis à un moment de l’année où j’en avais bien besoin de se petit remontant.
Bien que le sujet du premier roman de l’auteure « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » était plus approprié à moi, j’ai su trouver mon compte dans son deuxième opus.

Romane donne des ateliers à des gens avec un ego démesuré. Le gens de personne qui ne pense qu’à eux et personne d’autre, les meilleurs dans tous (à ce qu’ils croient) bref, dans le jargon québécois des « quelqu’un qui pète plus haut que le trou »! Elle trouve son candidat idéal en la personne de Maximilien. Un être suffisant, arrogeant qui croit que tout lui est dû et que c’est le plus « hot ». Le jeune PDG est poussé vers la thérapie par sa sœur jumelle et son assistante ! Il devra faire de gros effort pour se refaire et romane elle aura à affronter le cas le plus lourd de sa jeune carrière !

Écrit sous la forme d’un roman traditionnel, ce récit est rempli de points à travailler sur soi-même, un peu style développement personnel. C’est une chose qui m’avait dérangée lors de ma lecture de d’autres romans de ce style, mais celui-là, c’est comme s’il m’appelait, j’avais besoin de ça ! Bon comme je le disais le sujet m’a un peu moins rejoint personnellement, mais j’ai bien aimé l’évolution de Max. Disons qu’au départ ce n’était pas mon personnage préféré !!!!

Ce roman traite de la « burnerie : ensemble de comportements burnés ponctuels ou chroniques, produisant un impact négatif sur l’entourage professionnel ou personnel. (Définition prise dans le lexique du roman). Une définition pensée et écrite par l’auteure elle-même. En fait, un petit lexique vous attend à la fin du roman, il vient appuyer les théories et les actes de Romane dans le roman.

Bien que ce soit prévisible et un peu trop à l’eau de rose pour moi, j’ai tout de même apprécié l’histoire. C’est un roman qui fait du bien et qui nous permet de transposer certaines théories à notre réalité et de faire une certaine introspection.

C’est avec une plume accessible et fluide que l’auteure nous amène dans son univers à la fois inspirant et romancé. Un roman « feel good » à lire un dimanche après-midi, sans prise de tête même avec son côté plus introspectif !

 

Le jour où les lions mangeront de la salade verte écrit par  Raphaëlle Giordano
Publié chez Édito en août 2017
Genre: introspection, romance, développement personnel
Pages: 326
La note CatCritick 3/5 Un bon moment lecture

Merci à 

 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

Leave a Reply