D’ombre et de silence

 

Partir sans lui dire au revoir. Parce que je me sens incapable d’affronter ses larmes ou de retenir les miennes. L’abandonner à son sort. Parce que je n’ai plus le choix. (…) Je m’appelle Aleyna, j’ai dix-sept ans. Aleyna, ça veut dire éclat de lumière. (…) J’ai souvent détesté ma vie. Je n’ai rien construit, à part un cimetière pour mes rêves. Là au moins, on ne pourra pas me les voler.

” Si les romans de Karine Giebel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle, où elle condense en quelques pages seulement toute la force de ses romans. D’OMBRE ET DE SILENCE réunit neuf textes, dont certains sont inédits et d’autres restés jusqu’à aujourd’hui très confidentiels. Voici l’occasion de la (re)découvrir intensément, grâce à ce recueil de nouvelles noires, humaines, engagées…

 

D’ombre et de silence
Écrit par Karine Giebel
Publié chez Belfond
Pages: 280
Note: 5/5
Voir le système de notation cliquez ici 

 

L’avis de Cat

 

Est-ce qu’il faut être « la » maître du thriller pour réussir le coup d’écrire une courte histoire avec le même suspense et le même sentiment d’oppression que dans un thriller dans le format d’un roman traditionnel? Oui, et le maître, c’est elle : Karine Giebel.  

Tous les romans que j’ai lus d’elle se sont résumés en trois mots : coup de cœur. Celui-ci ne fait pas exception. Et je dirais que c’est encore mieux! De courtes nouvelles qui nous tordent les tripes, qui nous font réfléchir, qui nous surprennent toutes par leur fin parfois tragique, parfois portante d’espoir.

Je lis rarement ce genre littéraire, des nouvelles. J’ai comme l’impression que, dès que j’en termine une, il me manque quelque chose. Un roman inachevé. Mais cette fois, l’auteure est juste arrivée à me faire oublier que je lisais de courtes nouvelles. J’ai eu le même sentiment après chaque petite histoire que j’ai habituellement après la lecture d’un roman complet, dans ce cas-ci, un thriller. 

Parlons des nouvelles en elles-mêmes. Elles sont noires, très très noires. Mais elles sont tellement d’actualité en même temps que c’en est limite dérangeant. La vengeance, thème principal de presque toutes les histoires contenues dans ce livre, se décline en plusieurs formes. La violence y est aussi présente, sous plusieurs formes, avec plusieurs intensités différentes. Bon, de prime abord, elle peut sembler gratuite, mais elle est tellement intense dans la vie de chaque personnage qu’elle devient nécessaire pour eux. (Cœur sensible s’abstenir dans certaines nouvelles, particulièrement la première.) Mais à travers cette noirceur, on y dénote de l’amour, de l’amitié et de l’espoir. 

Un style qui diffère un peu de ses romans habituels, mais qui vient juste appuyer le fait que cette auteure est au sommet de son art ! Je ne vous parle pas des nouvelles plus en profondeur par choix. Elles sont courtes et il devient impossible de les résumer sans les spoilers. Lisez-les, ça vaut largement le détour.

 

Merci à 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

janvier 1, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply