La disparue de la cabine N° 10

Une semaine à bord d’un yacht luxueux, à sillonner les eaux du Grand Nord avec seulement une poignée de passagers.
Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d’une meilleure occasion de s’éloigner au plus vite de la capitale anglaise.
D’ailleurs, le départ tient toutes ses promesses : le ciel est clair, la mer est calme et les invités très sélects de l’Aurora rivalisent de jovialité. Le champagne coule à flot, les conversations ne manquent pas de piquant et la cabine est un véritable paradis sur l’eau.
Mais dès le premier soir, le vent tourne. Laura, réveillée en pleine nuit, voit la passagère de la cabine adjacente être passée par-dessus bord.
Le problème ? Aucun voyageur, aucun membre de l’équipage ne manque à l’appel. L’Aurora poursuit sa route comme si de rien n’était.
Le drame ? Laura sait qu’elle ne s’est pas trompée. Ce qui fait d’elle l’unique témoin d’un meurtre, dont l’auteur se trouve toujours à bord…

 

La disparue de la cabine Nº 10
Écrit par Ruth Ware
Publié chez Fleuve Éditions
Pages: 427
Note: 4/5

 

L’avis de Cat

 

L’ambiance de ce roman et l’effet huis clos m’ont fait penser aux romans de Mary Higgins Clark, que j’adorais dans le temps, avec une coche de plus. On se retrouve sur un yatch de luxe. Une reporter voyage doit conclure un article à propos de ce nouveau type de croisière (sur un plus petit bateau, qu’à l’habituel). Mais après une soirée plutôt bien arrosée, elle se retrouve dans sa cabine et pense être témoin d’un meurtre. Mais bien sûr, seule Laura semble certaine de ce qu’elle a vu. Les autres invités et les membres de l’équipage sont formels, personne ne manque à l’appel. Être seule au milieu de l’océan Atlantique entouré de gens qui vous suspecte d’être folle, ce n’est pas le pied ! 

Je dois avouer que même si je me retrouvais dans un style que je connais plutôt bien (le huis clos), l’auteure a bien su tirer son épingle du jeu. Le côté psychologique et la détresse de Laura font que nous-même, on n’est pas trop certaine de ce qu’elle réellement vu ce soir-là. Puis viennent s’ajouter d’autres éléments au récit qui viennent une fois de plus nous flouer. Le wi-fi étant inexistant, Laura se retrouve coupée du monde. Les messages de son petit ami resté sur le continent et qui n’a plus aucune nouvelle d’elle et les échanges qu’il a avec d’autres internautes apprentis détectives après avoir appris qu’elle était disparue, font augmenter le suspense. Parce que nous de l’autre côté, on voit évoluer Laura… Donc pourquoi sur le continent, ils pensent qu’elle a disparu ??? 

Ce n’est pas le thriller le plus addictif qu’il m’ait été donné de lire, mais j’ai bien aimé la progression de l’angoisse et le sentiment d’oppression d’être littéralement prise sur ce bateau. Par contre, on perd un peu de cette disparition versus Laura et ses déboires. La fin ramène le tout presque plausible et remet en perspective toutes nos hypothèses. Je vous le dis, les miennes étaient toutes fausses, hihihihi. 

Une chose est certaine, j’ai vraiment passé un bon moment lecture à bord de l’Aurora!!!

Merci à 

 

 

 

 

 

 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

mars 4, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply