Ceux qui te mentent

Kate est reporter de guerre et souffre de stress posttraumatique. À cause, entre autres, d’un enfant qu’elle n’a pas pu sauver à Alep.

Quand elle rentre à Herne Bay pour les obsèques de sa mère, Kate se souvient de cet endroit où tout allait bien jusqu’à la mort de David, son petit frère. Un accident, dira-t-on. Ensuite plus rien n’a jamais été pareil. Leur père est devenu violent. Leur mère a perdu la raison. Puis sa sœur, Sally, a sombré elle aussi, malgré l’aide de son mari, Paul. Dès son retour dans la maison de sa mère, Kate se sent oppressée et abuse des somnifères. Elle entend un petit garçon crier la nuit chez les voisins et ne sait plus ce qui est réel ou le fruit de son imagination torturée. Alors elle prévient Paul et Sally qui ne la croient pas, la police non plus, il n’y a pas d’enfant chez la voisine qui vit seule. Pourtant elle l’a vu. Dans le jardin d’à côté. Elle sait qu’il existe…

 

Ceux qui te mentent
Écrit par Nuala Ellwood
Publié chez Michel Lafon
Pages: 364
Note: 4/5

 

L’avis de Cat

 

Quand on lit un roman en moins de 24h, c’est sûrement signe qu’il nous a beaucoup plu! En effet, j’attendais ce roman, dont j’ai entendu l’éloge, avec impatience, mais aussi avec appréhension. Quand j’ai trop d’attentes, je suis souvent déçue! Mais dès le départ, on nous plonge à travers une spirale psychologique assez intense. Le genre de roman où tu sais pertinemment que quelque chose se trame, que quelqu’un n’est pas net, mais que tu es incapable de mettre le doigt dessus! J’ai douté de tous les personnages, sans exception. J’ai même douté de moi tellement, je doutais!

Un roman qui traite de plusieurs thèmes difficiles : la perte d’un enfant, la violence conjugale, l’alcoolisme, le syndrome de stress post-traumatique. Vous me direz : c’est beaucoup pour un seul roman, non? Mais non, l’auteure les amalgame d’une brillante façon. Sa plume est efficace et la dose de suspense est juste parfaite pour nous mener au point culminant du roman. Je vous défie de trouver le twist principal de ce roman! J’ai juste été subjuguée, c’était brillant! 

Kate revient d’un reportage de guerre pour prendre soin de la maison de sa mère après sa mort. En revenant au bercail, Kate revient aussi sur les mauvais souvenirs qui hantent son enfance. La mort de son petit frère, la violence conjugale, l’alcoolisme de sa sœur, qui l’ignore depuis longtemps. Seul son beau-frère Paul semble vouloir la supporter. Il est présent en tout temps pour elle. Mais Kate croit perdre la tête pour de bon : elle entend et voit un jeune garçon dans la cour de sa voisine qui, elle, prétend ne pas en avoir. Ce détail anodin en apparence, transportera Kate bien plus loin qu’elle ne le croit.

Écoutez, que dire d’autre que c’est le genre de thriller psychologique que j’adore? Il est rempli de rebondissements, il approfondit la psychologie des personnages et il est profondément addictif. Les allusions à la Syrie et aux voyages de Kate sont vraiment géniales. En fait, elles brouillent les pistes tout en permettant de bien comprendre ce personnage troublé. Je garderai une petite part de Nidal dans mon coeur…

À acheter dès maintenant!

 

Merci à 

 

 

 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

février 21, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply