Béatrice

J’aurais pu me précipiter tout de suite sur mon étui pour m’emparer du couteau suisse, mais je me suis retenue. C’était une sorte de jeu avec moi-même, pour voir combien de temps j’allais résister. Je tirais une certaine satisfaction de savoir que le couteau était là, bien couché dans le fond de mon étui.

Je me suis étendue sur mon lit et je me suis retournée, dos à mon bureau, mais face au mur. Je pouvais encore voir les marques de ruban adhésif là où j’avais décollé mon affiche d’Oksana Baïul, la patineuse artistique ukrainienne qui avait remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques d’hiver de 1994 à Lillehammer, en Norvège. En 1994, j’avais seulement quatre ans et j’en étais déjà à ma deuxième paire de patins.

 

L’avis de Cat

 

Parfois quand on commence un récit, on se dit, voyons, ça m’a l’air d’un roman bien ordinaire. Mais on persévère et on trouve LE sujet, celui qui fait que le roman se démarque. C’est un peu la vie de Béatrice. Une jeune fille en apparence tout à fait normale, mais qui cache derrière ses airs naturels une jeune fille en proie à un mal-être incroyable.

Le sujet de ce tome-ci ?? L’automutilation et la pression sociale. Béatrice, jeune fille sportive, monitrice de patinage artistique dans un camp de jour à une vie en apparence bien normale. Mais la jeune fille derrière ses couches de maquillage cache de lourds troubles d’automutilation et d’estime de soi. Cette jeune femme vivant avec une pression de la part de sa mère, n’a trouvé qu’un seul remède, se faire mal. Dès qu’elle voit son sang couler, son corps se détend, ses muscles s’apaisent, elle relaxe. Mais viennent ensuite la douleur des plaies qu’elle se cause et la culpabilité. Mais d’où peut bien venir toute cette douleur que ressent Béatrice au fond d’elle-même? Sa mère, sa solitude, la pression sociale d’être toujours la plus belle et la meilleure? On apprendra au cours du récit, quels sont les événements du passé qui ont détruit toute son estime de soi.

Comme tous les autres tomes de la série, Béatrice relate la vie d’un ado aux prises avec certains problèmes, plutôt graves. L’auteure dans ce cas-ci a su bien faire vivre les émotions à travers son personnage principal. Béatrice prendra conscience de bien des choses en étant monitrice de patinage artistique d’une jeune fille qui lui ressemble vraiment. Le job qu’elle redoutait tant fera en sorte de la sortir de sa torpeur.

Sa relation avec son frère, qui évolue au cours du roman nous propose aussi un différent point de vue. Lui-même en thérapie, il fera prendre conscience à Béatrice qu’elle ne peut pas y arriver seule et que l’aide parfois peut être utile et n’est pas signe de faiblesse. Une histoire d’amour improbable, mais bienvenue redonnera un peu de joie à ce roman.

Encore dans un langage fait pour les ados, il plaira j’en suis certaine. Autant les parents que les ados y trouveront leurs comptes.

 

Béatrice écrit par Monique Polak
Publié chez Guy Saint-Jean Éditeur en mai 2017
Genre: ado, automutilation, estime de soi, sport
Pages: 216
La note CatCritick 3/5 Un bon moment lecture

 

Merci à 

 

 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

Leave a Reply