Au feu les pompiers

Six incendies en vingt-quatre heures, deux morts, plusieurs blessés. Helen Grace n’a jamais vu ça. Comme si quelqu’un tentait de réduire la ville en cendres… 
Accompagnée de son équipe et bien décidée à arrêter le pyromane acharné, Helen sait qu’elle ne peut se permettre le moindre faux pas : non seulement cela aurait de lourdes conséquences sur la survie des habitants, mais sa carrière serait également finie. Pourtant, alors que Southampton s’embrase et que de plus en plus d’immeubles partent en fumée, les sombres penchants de la détective prennent le pas sur sa raison…

 

Au feu, les pompiers
Écrit par M.J. Arlidge
Publié chez Les Escales noires
Pages: 441
Note: 4/5

 

Mon avis

 

Sans contredit, Au feu, les pompiers est le meilleur de la série avec le personnage récurrent qu’est Helen Grace, quoique j’ai adoré tous les autres tomes aussi, celui-là avait une coche de plus. Peut-être est-ce l’enquête, les crimes (des incendies criminels) ou bien une Helen Grace plus vulnérable, mais j’ai lu ce roman à la vitesse de l’éclair !

Quand la ville est assaillie par des incendies mortels, l’enquêtrice et son équipe doivent mettre tout en œuvre pour mettre la main au collet du pyromane. Chaque soir, la ville brûle à trois endroits différents, deux qui font diversion et un qui cause la mort. Mais pourquoi ces familles en apparence bien et surtout qui n’ont aucun lien ensemble sont décimées de la sorte ? Helen et son équipe devront mettre plus que les bouchées doubles pour comprendre la dynamique du pyromane, mais surtout comprendre sa motivation.

Les chapitres sont courts, l’intrigue démarre sur les chapeaux de roue, l’enquête quoiqu’efficace stagne de par les nombreux crimes, c’est en plein le genre de recette qui fonctionne à merveille avec moi. La plume de l’auteur est efficace, sans flafla, il réussit à garder le cap et à maintenir le rythme effréné de l’intrigue jusqu’au dernier point. J’ai trouvé aussi que l’intrigue s’éparpillait moins que dans les autres histoires, moins d’histoires connexes. On va droit au but. Par contre, j’aimais bien le côté sombre de la vie d’Helen dans les autres histoires, ici, on la sent plus vulnérable, moins sûre d’elle. Mais chaque humain à de nombreux côtés, il est donc intéressant d’en exploiter d’autres !

L’auteur met aussi la base à la toute fin du roman pour le prochain opus et je peux vous dire que si c’est à quoi je m’attends ça risque d’être explosif, pour ne pas faire de mauvais jeux de mots ;) .

Comme dans les autres tomes de la série, qui n’en est pas vraiment une, il n’est pas nécessaire d’avoir lu les précédents, mais pour une expérience de lecture un peu plus intéressante, il vaut mieux les avoir lu. Je le répète un excellent thriller/polar rien de réinventé, mais qui a dit que se devait absolument être original pour être excellent!

Je remercie Interforum Éditis Canada pour l’envoi

 

 

Fondatrice et rédactrice en chef de CatCritick

mai 28, 2018
Previous Post Next Post

Leave a Reply