À moi la liberté

septembre 7, 2016

Est-ce que je me suis vraiment sauvée de mon propre mariage sur un coup de tête ? Sans avertir ma famille, les invités, ni même mon fiancé ? Arrête, Marisol, ce n’est pas si grave. Ça peut arriver à tout le monde.
Ou pas…
Quelle idée j’ai eue, aussi, de vouloir me marier à vingt-trois ans, avec mon premier chum ? Je me disais qu’on était rendus là, Nicolas et moi, que c’était dans l’ordre des choses, après toutes ces années ensemble. L’étape logique à franchir, quoi ! Mais non. Je n’étais plus heureuse. Alors j’ai tout quitté pour atterrir à Ogunquit.
Là-bas, j’ai trouvé le paradis : cours de surf avec le plus beau gars de la terre, rencontres excitantes, souper romantique… Jusqu’à ce que le passé me rattrape et me fasse faire de douloureuses découvertes.
Moi qui pensais qu’un voyage au loin m’aiderait à y voir plus clair… Eh bien, c’est tout le contraire !
Mais je dois arrêter de me poser mille et une questions. Me concentrer sur ce qui m’arrive de beau. Profiter du moment présent. De ma liberté.

Dans la vie d’une lectrice, il y a de ces moments où on dois lire léger, choisir une lecture rafraîchissante et divertissante. C’est ce que vous propose À moi la liberté. Un chick lit aux saveurs d’eau salée et de plage. 
Avec ce roman-là, JoÈve Dupuis n’a pas réinventé le genre, mais elle lui a apporté sa petite touche personnelle qui en fait le roman parfait à lire pour les derniers beaux jours d’été.  C’est un roman qui aborde les remises en question, c’est ce que fait le personnage principal, Marisol tout au long du récit. J’ai parfois trouvé que ses questionnements étaient redondants et qu’elle manquait de maturité. Le roman est addictif oui, mais on devine vite ce qui va arriver à Marisol. J’aurais aimé un peu plus de mystère.
Par contre, j’ai bien aimé la petite surprise que nous réserve l’auteur aux trois quarts du récit, c’est venu pimenter le roman et ça m’a permis de rester accrochée au récit jusqu’à tard le soir.
JoÈve Dupuis a bien joué ses cartes avec son roman, bien qu’il n’a pas été aussi addictif que je l’aurais souhaité, l’histoire de Marisol à un je-ne-sais-quoi qui fait qu’on en veut toujours un peu plus.
Petit bémol, j’ai trouvé les personnages beaucoup trop stéréotypés pour moi, j’aurais aimé connaitre leur travers, là c’était comme la petite histoire trop parfaite.
Bref, ce roman est à lire durant les vacances, une petite histoire d’amour sans prétention qui vous fera passer de beaux moments.
More about CatCritick

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *