Wildwood

octobre 3, 2016

1968…
Michelle a seize ans et n’a qu’une idée en tête : quitter l’adolescence qui lui pourrit la vie. Elle rêve de connaître l’amour dans les bras d’un lifeguard lors des vacances familiales à Wildwood. Mais le monde autour d’elle est en révolution. Et cet été sur la plage, en compagnie de ses amis américains, elle connaîtra l’amour en même temps que les ravages de la guerre du Vietnam.
La découverte du cadavre d’une femme sous la promenade qui longe la mer lui fera comprendre que la violence a des ramifications profondes. Que l’amour n’a rien à voir avec les films à l’eau de rose dont elle s’abreuve. Car il y a l’amour des hommes et la violence des hommes. Et, surtout, il y a les hommes victimes d’une violence qu’ils s’imposent au nom de la liberté, de la justice et de l’équilibre économique.
Cet été de 1968, ce n’est pas son adolescence que Michelle va laisser derrière elle, c’est son innocence.

Ce livre a été pour moi une petite surprise, en fait une belle surprise. Je m’attendais à un polar pur et dure et je me suis retrouvé avec un roman où l’héroïne principale, est malgré elle plonger dans une situation qu’elle ne maîtrise pas du tout et qui changera sa vie au complet.
Michelle 16 ans ne veut qu’une chose cet été lors de son voyage à Wildwood, se retrouver dans les bras d’un beau lifeguard. Mais entre ses sorties avec ses amis et la rencontre du beau Tom, Michelle vivra aussi une rencontre avec la réalité. Elle quittera l’innocence pour faire l’entrée dans un monde où tout n’est pas rose bonbon.
Ce petit roman aux airs de vacances nous plonge dans une réalité bien mal connue, le stress post traumatique et ces répercutions sur l’entourage de ceux qui en souffre. C’est avec une plume poétique et intelligente que je retrouve le style de Johanne Seymour. Seuls les auteurs de talent sont capable d’amalgamer autant de propos dans un aussi petit roman et de le rendre crédible..
Comme je le disait la trame policière est reléguée au second plan dans ce roman, ici on joue avec les émotions, les non dits des années 60-70, la guerre et ses répercutions. Bien qu’un meurtre soit au centre de l’intrigue, c’est tout ses à côtés qu’on y explore. Vivant avec un conjoint militaire qui a aussi fait la guerre se roman ma secouée plus que je ne l’aurait pensé. Je me suis souvent retrouvée dans les pensées de l’amie de Michelle, Denise qui a peur pour son homme et aussi dans celles de Michelle qui doit dealer avec les comportements de Tom et de ses amis. 
Bref ce roman est un petit bonheur de lecture même s’il m’a remué et dérouté puisque je m’attendais à lire un polar et que je me suis retrouvée dans un pan de ma vie à moi. Un livre à inscrire sur votre liste de lecture pour 2016.
More about CatCritick

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *